Seychelles: Renforcement de la Gestion des Interventions d’Urgence et de la Résilience Climatique

Contexte et Objectifs

Suite au cyclone tropical Felleng, qui a frappé les Seychelles en 2013, la Banque mondiale a approuvé un Prêt à l’appui de politiques de développement avec l’Option de retrait différé pour les risques liés aux catastrophes (Cat-DDO), qui a été créée avec le soutien du programme ACP-UE NDRR. Le Cat-DDO est une ligne de crédit conditionnelle, qui apporte des liquidités immédiates à la suite d’une catastrophe naturelle.

Dans le cadre du dialogue politique du Cat-DDO, le gouvernement des Seychelles a demandé de l’aide pour  renforcer la résilience climatique et réduire le risque des catastrophes. Le projet ACP-UE NDRR appuiera les Seychelles afin de :

  • Renforcer la Gestion des Risques de Catastrophes (GRC) au sein des institutions du gouvernement ;
  • Intégrer la réduction des risques de catastrophes dans la planification du développement et la prise de décision, renforçant ainsi la résilience côtière.  

Activités Principales

Composante 1 : Renforcer le Système de la Protection Civile et Réponse (EP&R) des Seychelles

  • Le développement d’un Plan national intégré de gestion des urgences ;
  • L’examen, l’actualisation et la simplification des plans régionaux de secours de cinq districts prioritaires (Anse Aux Pins ; La Digue ; Pointe La Rue ; Beau Vallon et la Baie Sainte-Anne).

Composante 2 : Intégrer la réduction des risques de catastrophes dans la Planification du Développement et la Prise de Décision

  • Soutien à la collection et au partage des données géospatiales de risques
  • Soutien pour inclure les informations sur les risques dans les projets de développement. Pour mettre de l’avant l’usage des informations sur les risques dans la planification du développement, en termes du (i) développement et l’amélioration des informations sur les aléas et les risques ; (ii) l’intégration des informations sur les risques dans les politiques et décisions concernant l’infrastructure ; (iii) la planification urbaine et côtière, y compris la finalisation et l’application du plan de gestion côtière.

Résultats

La Composante 1 a publié plusieurs produits, notamment les protocoles de district pour la préparation et l’intervention en cas d’urgence, 4 plans d’urgence sectoriels mis à jour et un plan national intégré d’intervention en cas d’urgence. Les capacités institutionnelles nationales ont été renforcées pour prendre en compte l’information sur les risques dans le processus décisionnel des ministères.

Les activités mises en œuvre dans le cadre de la Composante 2 ont permis d’intégrer des mesures de réduction des risques à la planification et aux projets côtiers. Ces activités ont amélioré la capacité institutionnelle du ministère de l’Environnement, de l’Énergie et du Changement climatique à prioriser les projets à risque côtier et à communiquer les besoins en matière de gestion côtière aux partenaires de développement.

Partenariats et Coordination

Le projet sera mis en œuvre en collaboration étroite avec des principaux interlocuteurs gouvernementaux, comme le Ministère de l’environnement, de l’énergie et du changement climatique, et le Département de gestion des risques de catastrophes.

De plus, l’équipe du projet travaillera en étroite coordination avec l’Alliance Mondiale Contre le Changement Climatique + (GCCA+). Les activités du projet seront aussi alignées avec la Stratégie nationale de développement et la Stratégie de VISION 32.

Pays
Region
  • Afrique
Volet d’action
  • Volet 2
Montant approuvé
  • $200,000
Durée
  • 03/2019 - 06/2021