République du Congo: Intégration de la résilience urbaine dans les activités de revalorisation des quartiers pauvres à Brazzaville et Pointe-Noire

Contexte et objectifs

Avec une population de 4,4 millions d’habitants, dont 64 pour cent vivent dans des zones urbaines, la République du Congo est l’un des pays les plus urbanisés d’Afrique.

Les efforts de gestion, de régulation et de facilitation de l’urbanisation productive et inclusive ont été entravés par le manque d’une planification urbaine efficace, des investissements limités et une capacité institutionnelle insuffisante des principaux acteurs aux niveaux national et local. Cela a entraîné une détérioration progressive de l’environnement de vie et de travail dans les principales zones urbaines du pays, l’étalement urbain et la spéculation foncière déplaçant les habitants pauvres vers des zones peu propices aux habitations humaines.

Ce projet soutient le projet de développement urbain et de modernisation des quartiers pauvres financé par la Banque mondiale, en intégrant la résilience urbaine dans sa conception et sa mise en œuvre, et en renforçant les capacités/en développant des outils permettant aux administrations centrales et locales d’être mieux préparées aux risques de catastrophes.

Résultats

Les activités de cartographie communautaire sur le terrain ont amélioré les capacités et les réseaux locaux pour maintenir et utiliser l’information sur les risques. Un atelier a eu lieu en octobre 2018 avec des intervenants de Brazzaville et de Pointe Noire représentant les gouvernements centraux et locaux, les communautés et les organisations de la société civile. L’atelier a permis de mieux comprendre les principaux objectifs du projet et le processus de collecte des données. Les données ont ensuite été vérifiées et publiées sur la plateforme « Open Street Map », devenant ainsi des connaissances dites « open source ». Un deuxième atelier a eu lieu en mai 2019 pour présenter cette initiative, favorisant les relations avec les intervenants locaux et améliorant la visibilité du projet à l’échelle nationale.

Un rapport sur les évaluations de risques et les mesures d’atténuation a été rendu début 2020, qui comprend les tests de 25 plans, qui sont des combinaisons d’interventions sur les infrastructures afin d’atténuer les risques d’inondation, et ont subi des tests contre trois scénarios différents en fonction de trois critères :  l’usage des terres, le climat, et la croissance économique. Chacun des 25 plans a été testé avec l’outil conçu et des recommandations sont formulées sur le plan le plus rentable.    

Les leçons tirées de ce projet comprennent le fait qu’un cadre participatif de collecte de données sur les risques permet de découvrir des possibilités de collaboration, de compréhension et de croissance. Un autre enseignement est que les méthodologies de collecte de données doivent être conçues en tenant compte des utilisateurs et de l’impact afin de recueillir des renseignements et des résultats clairs et exploitables.

Partenariats et coordination

Parmi les principaux homologues du gouvernement se trouvaient le ministère des Grands Travaux et du Développement urbain et les municipalités de Brazzaville et de Pointe Noire.

Liens utiles

Une video sur la cartographie de la communauté dans les quartiers pauvres de Brazzaville est disponible ici.

Un article vedette sur l’initiative « Open Cities Africa » est disponible (en anglais) ici

Region
  • Afrique
Volet d’action
  • Volet 2
Montant approuvé
  • $300,000
Durée
  • 12/2017 - 03/2021