Kenya : Renforcement du cadre institutionnel, de planification, et de la politique pour gérer les risques climatique et de catastrophes

Contexte et Objectifs

En juin 2018, la Banque mondiale a approuvé un prêt de 200 millions de dollars à l’appui de politiques de développement avec l’Option de retrait différé pour les risques liés aux catastrophes (Cat-DDO),  pour le Kenya. Le Cat-DDO est une ligne de crédit conditionnelle, qui apporte des liquidités immédiates à la suite d’une catastrophe naturelle. Le Kenya est le premier pays de l’IDA (IDA : l’Association internationale de développement : l’institution de la Banque mondiale qui aide les pays les plus pauvres de la planète) à recevoir un Cat-DDO.

Sept actions préalables ont été définies pour le Cat-DDO, qui visent à renforcer le cadre de Gestion des Risques de Catastrophes (GRC) pour le Kenya. Le projet ACP-UE NDRR appuie des activités qui favorisent la réalisation des objectifs liés à trois de ces sept actions préalables.

Activités Principales et résultats

Les activités mises en œuvre sous chacune des composantes du projet ont obtenus les résultats  suivants :

Composante 1 : Un forum pour les parties prenantes a été organisé pour récolter des informations auprès des agences gouvernementales, l’Union européenne et la Banque Mondiale, le secteur privé, les organisations de société civile, et le secteur académique, avec le but de mettre à jour la méthodologie des profiles multirisques des comtés. L’objectif de ce forum est d’informer la production d’informations plus robustes et techniquement plus rigoureuses au niveau infranational des gouvernements. La méthodologie de ces profils de risque est en cours de finalisation.

Composante 2 : Le plan nationale de réponse aux urgences a été révisé, et deux thématiques ont été identifiés comme étant essentiels à cette révision, notamment :

  • Être aligné sur la Constitution du Kenya de 2010 et la politique nationale de GRC de 2017, qui mettent l’accent sur la nature décentralisée des services gouvernementaux.  
  • Être aligné avec le Cadre d’action de Sendai pour la réduction des risques de catastrophes 2015-2030.

Composante 3 : La subvention appuie la mise en avant d’un cadre juridique pour la GRC par l’entremise de l’Assemblée Nationale, connue sous le nom de Politique et loi sur la GRC.  

Composante 4 : Grace à l’assistance technique fourni par la subvention, le gouvernement a mis jour le projet de loi sur « l’environnement bâti », y compris l’ajout de provisions pour s’assurer que la réduction des risques de catastrophe, l’adaptation au changement climatique, et l’efficacité hydrique et énergétique sont inclus dans les codes de construction. Le gouvernement a aussi ajouté des dispositions pour la création de lignes conductrices pour des logements plus surs.

Partenariats et Coordination

Les activités seront effectuées par la Banque mondiale, en partenariat avec les principales institutions nationales, y compris le Centre nationale de la gestion des catastrophes et l’Autorité nationale de gestion de la sécheresse.

Pays
Region
  • Afrique
Volet d’action
  • Volet 2
Montant approuvé
  • $400,000
Durée
  • 04/2019 - 08/2021