Série de récits d’impacts

rir

Soutenir la reconstruction résiliente en Dominique à la suite de l'ouragan Maria (en anglais)
Ce récit d’impacts décrit comment le programme ACP-UE NDRR a soutenu la Dominique à la suite du passage de l'ouragan Maria en septembre 2017, par le biais d'un premier projet visant à mener une évaluation des besoins post-catastrophe (PDNA) et d'un second projet visant à améliorer l'application et la mise en œuvre de pratiques de construction durables dans le secteur du logement en Dominique.

Informer les efforts de résilience fiscale dans les îles du sud-ouest de l'océan indien (en anglais)
Ce récit d'impact montre le soutien du programme ACP-UE NDRR aux îles du sud-ouest de l'océan Indien afin d'améliorer leur compréhension des risques de catastrophes dans la région, comme point de départ pour la mise en oeuvre des mécanismes de financement des risques de catastrophes.

Utilisation de véhicules aériens sans pilote pour évaluer les risques de catastrophes aux Fidji et aux Tonga (en anglais)
Ce récit d'impact montre le soutien fourni par le programme ACP-UE NDRR aux Fidji et aux Tonga pour renforcer leurs capacités et leur aptitude à déployer des véhicules aériens sans pilote (drones) pour l’évaluation des risques liés aux catastrophes et au climat, ainsi que pour l’identification rapide de situations de catastrophes. Le récit d'impact décrit également comment des images aériennes de haute résolution capturées dans le cadre de ce projet ont été intégrées au cadre d'évaluation rapide et de relèvement du cyclone tropical Gita aux Tonga, également soutenu par le programme ACP-UE NDRR.

Renforcer les services hydrométéorologiques au Lesotho (en anglais)
Sous la coordination du ministère des Affaires de l’énergie, de la météorologie et de l’eau du Lesotho, ce projet avait pour but d’aider le gouvernement à anticiper les risques liés au changement climatique, à renforcer les capacités de modélisation et de gestion des ressources en eau et à améliorer le système d’alerte précoce.

Renforcer la résilience communautaire dans les iles Salomon (en anglais)
Ce récit d'impact porte sur le projet de Résilience des communautés aux risques de changement climatique et de catastrophes naturelles (CRISP) dans les Iles Salomon a été publiée. Le projet porte sur les aléas naturels et sur les risques liés au changement climatique en renforçant les informations sur les risques climatiques et les risques de catastrophes, le système d’alerte précoce et les investissements directs auprès des communautés dans les domaines de l’ACC et de la PRC. Le projet vise à établir un réseau de surveillance volcanique et sismique, et à poser les bases d’un système national d’informations sur les risques qui sera essentiel pour évaluer les effets des catastrophes et du changement climatique pour la planification des secteurs et des investissements.

Évaluation de la vulnérabilité climatique aux Fidji (en anglais)
L'évaluation de la vulnérabilité climatique des Fidji fournit une nouvelle analyse significative de la vulnérabilité des Fidji au changement climatique et inclut des projections qui montrent les impacts potentiels du changement climatique sur les Fidji au cours des prochaines décennies, ainsi que des analyses sur ce que le changement climatique signifie pour son économie, sa santé et sa sécurité alimentaire mais également pour ses industries clés comme l'agriculture et le tourisme. Le rapport présente un large éventail de données et d'analyses sur ce que les changements du niveau de la mer projetés signifient pour les communautés côtières et les îles basses du pays.

Améliorer la préparation aux catastrophes naturelles en Tanzanie (en anglais)
 Ce projet a apporté son appui à une activité connue publiquement sous le nom de Ramani Huria, qui signifie en swahili « carte ouverte ». Ramani Huria a permis de recueillir les empreintes de plus de 75, 000 bâtiments, 120 km d’images et de modèles de surface, 2091 km de routes et des dizaines de milliers de points d’intérêt tels que les toilettes, les points d’eau, les écoles et d’autres infrastructures essentielles. 

Améliorer la préparation aux catastrophes naturelles au Togo (en anglais)
 L'impact du changement climatique se fait ressentir au Togo, avec des inondations récurrentes et des sécheresses qui entravent le développement du pays. Pour gérer les risques d'inondation et de dégradation des terres, le ministère togolais de l'Environnement et des Forêts a lancé en 2013 le projet de gestion intégrée des catastrophes et des terres (IDLM).
Ce projet de $16,94 millions a été financé à hauteur de $7,3 millions par le GFDRR, dont une subvention de 3 millions du Programme ACP-UE NDRR. Le projet IDLM avait pour but de renforcer les capacités institutionnelles et de sensibiliser à la gestion des risques d’inondation et à la dégradation des terres dans des zones rurales et urbaines ciblées. Il visait aussi à élargir les pratiques de gestion durable des terres dans des paysages ciblés et des zones vulnérables aux aléas climatiques.

Communiquer les risques d’inondations le long des côtes du Guyana
En janvier 2005, des pluies torrentielles ont provoqué des inondations catastrophiques le long des côtes de du Guyana, affectant 290 000 personnes, soit près de la moitié de la population du pays. Le montant total des dommages causés par les inondations a été estimé à 465 millions de dollars, soit près de 60 % du PIB du pays, incitant le gouvernement à œuvrer en vue de renforcer ses capacités de gestion des risques d’inondations.

Renforcer la résilience au changement climatique et aux catastrophes au Timor-Leste
Petit pays montagneux d’Asie du sud-est occupant la moitié orientale de l’île de Timor, le Timor-Leste, est très vulnérable aux catastrophes naturelles. Les aléas liés à la météo, tels que les pluies de mousson, les sécheresses, les inondations, les glissements de terrain et les vents violents destructeurs, sont des menaces fréquentes. À cela s’ajoutent de potentiels risques sismiques, d’éruptions volcaniques et de tsunamis.

Mieux reconstruire au Tonga après le cyclone Ian
Après le cyclone tropical Ian qui a balayé la nation insulaire du Pacifique de Tonga en 2014, le gouvernement, la Banque mondiale et le GFDRR ont travaillé ensemble pour évaluer rapidement les dommages et mettre en œuvre d’un programme de relèvement visant à renforcer la résilience dans les secteurs du logement et des infrastructures de transport aux futurs effets des aléas naturels, grâce au financement du Programme ACP-UE de prévention des risques liés aux catastrophes naturelles.

Affronter de futures tempêtes aux Seychelles
Lorsque le cyclone tropical Felleng s’est abattu sur les Seychelles en Janvier 2013, le gouvernement, avec l'appui de la Banque mondiale et de GFDRR, a organisé une évaluation des dommages et fait en sorte que les efforts mis en œuvre pour le relèvement permettent d’atténuer les effets de futures catastrophes naturelles, grâce au financement du Programme ACP-UE de prévention des risques liés aux catastrophes naturelles.

Résilience aux Samoa après le Cyclone Evan
A la suite du puissant cyclone tropical Evan qui a balayé l'île de Samoa en Juillet 2012, la Banque mondiale et GFDRR ont travaillé avec le gouvernement pour évaluer les dommages, lancer une reprise après la catastrophe et élaborer un plan global visant à rendre les secteurs des transports et de l'agriculture plus résilients, et à renforcer la capacité financière du pays à gérer les futurs catastrophes naturelles.

Les parties prenantes s’engagent pour la résilience au changement climatique au Belize
Avec l'incidence croissante des catastrophes naturelles, le gouvernement du Belize travaille à améliorer sa capacité de résistance en transformant l'approche du pays en termes de développement économique et social avec un plan national prenant en compte tous les secteurs de l'économie.

Approche communautaire de réduction des risques liés aux catastrophes au Niger
GFDRR et ses partenaires ont financé un projet de prévention des risques de catastrophes de près de 1 million de dollars au Niger afin de renforcer les capacités des communautés locales en matière d’alerte précoce et de réponse d’urgence.

Renforcement de la résilience financière dans le Pacifique
En réponse aux demandes de 15 pays, la Banque mondiale, GFDRR, et d'autres partenaires ont créés l’initiative de financement et d’évaluation des risques au Pacifique (PCRAFI) en 2007 afin d’aider à atténuer les risques liés aux catastrophes et au changement climatique. Dans le cadre de cette initiative, le premier projet régional pilote de mécanisme d’assurance contre les risques de catastrophes a été mis en place. Il apporte une aide significative à la réponse post-catastrophe dans les îles Marshall, Samoa, Salomon, Vanuatu, Cook et Tonga.

Identifier les risques et guider les efforts de relèvement au Malawi
En janvier 2015, le Malawi a connu des inondations parmi les plus dévastatrices de son histoire. Au lendemain de la catastrophe, le gouvernement du Malawi a mené une évaluation des besoins post-catastrophe, avec le soutien de l'Union européenne, de la BM / GFDRR et des Nations Unies (ONU). Fort des conclusions de l’évaluation, qui a chiff¬ré les dommages et les pertes à quelques 335 millions de dollars et les besoins de relèvement et de reconstruction à près de 494 millions de dollars, le Gouvernement du Malawi prépare actuellement un cadre de relèvement dans le but d’arrêter les priorités et de mettre en œuvre les investissements de relèvement et de reconstruction.

Soutien au relèvement résilient au Vanuatu après le passage du cyclone Pam
Après le passage dévastateur du cyclone tropical Pam qui a balayé cet archipel du Pacifique en mars 2015, la GFDRR et la Banque mondiale se sont rapidement mobilisés pour appuyer le gouvernement. Avec le financement du Programme ACP-UE NDRR, et grâce aussi au soutien du programme Japon-Banque mondiale pour l’intégration de la gestion des risques de catastrophe dans les pays en développement, le Gouvernement et ses partenaires ont collaboré pour évaluer et quantifier les dommages, identifier les besoins de relèvement et de reconstruction suite à la catastrophe et mobiliser les fonds nécessaires à la mise en œuvre du cadre de relèvement du pays.