Cameroun: Intégration des considérations liées au climat et aux risques de catastrophe dans la planification du développement

Contexte et objectifs

Le gouvernement du Cameroun, sous la direction du ministère de l'Economie, de la Planification et de l'Amenagement territoriale (MINEPAT), a pris les premières mesures pour aborder la manière d'intégrer les considérations relatives au climat et aux risques de catastrophe dans la planification du développement :

  • En collaboration avec la Banque mondiale et la GFDRR, le gouvernement a élaboré un Guide pour l’intégration des risques liés au climat et aux catastrophes dans la planification du développement, qui a priorisé à quatre secteurs d’application : agriculture, énergie, transports et développement urbain.
  • Le ministère chargé du développement urbain (MINHDU - Ministère de l’Habitat et du Développement urbain) a récemment commencé à revoir les directives pour la préparation de documents de planification urbaine visant à améliorer l’intégration des aspects liés à l’environnement et au changement climatique ainsi qu'aux risques de catastrophes.
  • Le projet de développement de villes inclusives et résilientes financé par la Banque mondiale (PDVIR - 160 millions USD), qui a été approuvé en août 2017, soutient les efforts déployés par le gouvernement du Cameroun pour améliorer les conditions de vie en milieu urbain et la résilience aux aléas naturels dans sept villes du Cameroun, particulièrement dans certains quartiers pauvres et vulnérables.

Afin de faire avancer ces mesures, ce projet ACP-UE NDRR a pour objectif :

  • D’augmenter la résilience au climat et aux catastrophes dans certaines villes du Cameroun en intégrant des concepts de résilience dans le développement territorial. 
  • De renforcer les capacités des secteurs de développement afin d'intégrer la résilience au climat et aux catastrophes dans les stratégies et les projets, notamment dans les milieux urbains. 

Activités principales

L'assistance technique proposée comporte trois composantes interdépendantes et les activités relevant des différentes composantes se soutiendront mutuellement afin d'optimiser les résultats. Les composantes sont:

Composante 1 : Renforcement de la capacité institutionnelle pour planifier le développement résilient. Les activités mises en oeuvre sous cette composante comprennent: 

  • Le développement du contenu des différentes formations et collecte des informations disponibles sur les risques pour les municipalités sélectionnées ;
  • Une série de formations sur mesure pour les gouvernements et les fonctionnaires municipaux sur la base d'une approche d'apprentissage par la pratique pour appliquer le nouveau guide ; et
  • Une amélioration du nouveau guide basé sur les expériences des formations et le développement de nouveaux outils complémentaires au besoin.

Composante 2 : Renforcement des capacités de représentants universitaire et de professionnels afin de soutenir la planification du développement résilient. Cette composante renforce les capacités des universitaires et des professionnels camerounais sur la façon de générer des informations sur les risques de catastrophes pour la planification du développement, en mettant l’accent sur les risques d’inondation et la planification urbaine.Les activités comprennent: 

  • Le développement du contenu de trois cours en bloc sur l’évaluation des risques, l’intégration de l’information sur les risques dans la planification du développement et des études de cas appliquées aux zones d’intervention du projet dans certaines municipalités ;
  • La réalisation des trois blocs de cours en étroite collaboration avec les professeurs nationaux de l'université de Yaoundé ; et
  • Un soutien au gouvernement pour élaborer des modèles d’impact des changements climatiques dans certains secteurs.

Composante 3 : Développement urbain résilient dans certaines municipalités. Dans le cadre de cette composante, certaines villes bénéficiaires du PDVIR (au mminimum deux) bénéficieront d’un soutien pour intégrer les considérations relatives aux changements climatiques et aux risques de catastrophe dans les plans d’utilisation urbaine et foncière des zones d’intervention du projet, qui guideront la sélection et la conception des investissements financés au titre du PDVIR. Les activités comprennent: 

  • La collecte et l'apport d'informations sur le climat et les risques de catastrophes pour certaines zones d’intervention du projet (notamment des cartes des risques d’inondation, y compris la sensibilité aux scénarios de changement climatique) ;
  • L'apport d'une assistance technique à certaines municipalités et à d’autres acteurs concernés, ainsi que des processus de coordination liés à l’intégration des risques liés au climat et aux catastrophes dans la planification urbaine et la réalisation d’investissements dans les zones d’intervention du projet ; et
  • La communication des résultats et des enseignements tirés de l'échelon municipal aux échelons nationaux afin de faire progresser le dialogue sur l'aménagement du territoire en tenant compte des risques.

Résultats

Plusieurs séances de travail avec des partenaires gouvernementaux clés ont eu lieu afin de convenir des détails des activités du projet et d'une feuille de route pour la mise en œuvre des activités. 

Concernant la Composante 1, la préparation des formations destinées au personnel du gouvernement a commencé, afin de permettre l'utilisation du nouveau Guide pour l'intégration des risques liés au climat et aux catastrophes dans la planification du développement. Trois formations ont été facilitées sur les sujets suivants : l’intégration de la planification et de la GRD dans la perspective du « Nouveau Guide » pour les responsables nationaux ; et un module de formation sur l’utilisation du logiciel « R » et des modèles économétriques pour évaluer l’impact des risques climatiques sur le développement économique. 

Pour la Composante 2, les consultants ont tenu une série de réunions techniques avec les principales parties prenantes pour accompagner la sélection des données à Yaoundé et préparer les cours du bloc. En outre, une évaluation des cours existants liés à la GRC dans les programmes universitaires existants au Cameroun a été réalisée pour affiner le contenu des cours en bloc. Le programme de formation a été finalisé.

Pour la Composante 3, le consortium a recueilli des données de référence pour produire les cartes des dangers pour deux quartiers ciblés de Yaoundé et les données hydrométéorologiques existantes ont été évaluées. 20 intervieweurs ont été formés pour les données recueillies.

En outre, le personnel du gouvernement a participé à la conférence « Understanding Risk West and Central Africa » à Abidjan en novembre 2019 afin de partager les expériences du Cameroun et les leçons apprises lors de l’atelier « Communiquer et modéliser les conséquences du changement climatique sur le développement économique » et la session technique « Les données et les individus – deux liens essentiels afin d’intégrer la résilience dans la planning macroéconomique et local – l’expérience du Cameroun ». Les ateliers ont reçu un intérêt considérable de la part des participants internationaux à Abidjan.   

Liens utiles

Le nouveau Guide méthodologique d’intégration des risques climatiques et de catastrophes dans la planification du développement est accessible ici.

Pays
Region
  • Afrique
Domaine de priorité
  • Intégration de la prévention des risques de catastrophes (PRC)
Volet d’action
  • Volet 2
Montant approuvé
  • $400,000
Durée
  • 09/2018 - 12/2020